La vie des gens

François Morel, Martin Jarrie, La vie des gens, Les fourmis rouges, 2012.

Martin Jarri est accueilli en banlieue parisienne pour répondre à une commande de la municipalité : réaliser un travail sur la ville et ses habitants. Il va alors à la rencontre de quinze personnes. Il demande à chacune d’apporter un objet qui leur est cher. Il les peint et envoie ses portraits, visages et objets, à François Morel qui les transforme en textes.

vie des gens

« Décider de donner la même importance à ces objets banals qu’aux visages de leur propriétaire, c’était déjà une manière de raconter une vie ». En effet, à travers chacun de ces objets – a priori anodins – on découvre des vies, des souvenirs, des regrets, des espoirs, des fantasmes… Des parcours de vie touchants.

Parmi eux et entre autres, Paulette et son cochon en porcelaine : dernier cadeau de son défunt mari, mort deux ans avant la retraite, mort deux ans avant de réaliser son rêve de faire le tour du monde avec les économies d’une vie matérialisée par un objet que l’on aurait souhaité briser au profit d’une vie trop tôt arrachée. Kader, lui, croque  la vie à pleines dents, ses baskets au pieds :  « Quand je marche dans la rue, j’hésite toujours entre vouloir que mes baskets me permettent de m’envoler et de m’accrocher à un avion qui vient de partir de Roissy, ou qu’elles me ramènent chez moi pour faire tranquillement le tour du monde, le temps d’une cigarette empruntée dans le blouson de mon père ». Elsa nous parle de  la guitare de son mari comme un symbole de liberté et d’évasion loin de la dureté de la vie et de ses déceptions. Michel partage ses différents voyages, avec sa femme peintre, à travers un souvenir du Pakistan : une robe offerte par des amis kalash. Marie-Claire vit, survit, revit à travers les nouvelles technologies. Antoine, lui, est coiffeur à défaut d’être photographe « pour renouveler les clichés », les idées reçues…

On rentre ainsi dans l’intimité de la vie des gens à travers un simple objet. La description de ces objets, pour beaucoup du quotidien, permet à ces personnes qui n’ont pas forcément l’habitude de parler d’eux de mettre des mots sur ce qui est longtemps resté sous silence. Les auteurs se sont également prêtés au jeu :

La vie des gens est un ensemble de témoignages émouvant et éloquent. Sous forme d’un album jeunesse, il est à mettre entre les mains des petits comme des grands !

Et s’il fallait mettre une note :

Publicités