Invisible

Charlotte Bousquet & Stéphanie Rubini, Invisible, Gulf Stream éditeur, 2015.

Marie est sympa mais personne ne la voit. Au collège, on peine à se souvenir de son prénom. A la maison, on l’entend à peine. Issue d’une famille recomposée, elle ne trouve sa place que dans le cocoon qu’elle s’est créée dans sa chambre. Entourée de ses hobbies, (lectures, bijoux DIY, …) c’est là qu’elle respire et pose ses maux dans son journal intime.

On retrouve, pour le dernier tome de cette série graphique autour de l’adolescence,  nos élèves du collège Marie Curie Layla, Léa, Chloé, Soan… Dans ce tome la lumière est mise sur Marie, une élève aux multiples talents (couture, créations de bijoux…) mais qui pourtant demeure dans l’ombre de ses camarades de classe, de sa sœur, de son frère… Marie est invisible aux yeux de tous. Elle évite d’ailleurs son propre regard. Le miroir lui renvoie en pleine face tout son mal-être : trop grosse, pas assez jolie, mal fringuée…

20171017_191357

« Tu ferais mieux de renoncer avant de te prendre la réalité en pleine face, ma grosse. Même pour tes parents, t’es invisible. Nulle. Néant. Nada. Alors pour Soan… »

Une lueur d’espoir, un revival surgit lorsque Soan s’intéresse à elle. Elle tombe sous son charme et fera tout pour lui plaire. Elle se reprend en main : sport, coiffeur, relooking… Mais Soan veut « sortir » avec Layla. Terrible chute. Les démons resurgissent de plus belle. Marie va au plus mal.

La quête d’identité et le manque de confiance en soi sont des thématiques qui accompagnent souvent l’adolescence et que l’on retrouve déjà dans Rouge Tagada. Le manque de confiance est abordée ici avec une acuité plus forte encore. Il engendre une vraie souffrance morale et physique. Marie s’isole, se réfugie dans la nourriture jusqu’à se dégoutter elle-même et causer sa propre perte.

20171017_200212

La discrétion de ces ados en difficultés  ne permet justement pas de repérer tout de suite leur souffrance. Les adolescents sont des boules d’émotions. Certains déboulent à tout va d’autres se replient dans leurs coins. Un passage. Une transition. Une période à passer. Sachant cela les adultes ont tendance à minimiser les douleurs adolescentes… ça passera. Or il y a des douleurs qu’il conviendrait de ne pas négliger.

Les auteurs traitent encore avec brio cette période complexe et parfois grave qu’est l’adolescence. Le graphisme un peu girly et les couleurs vives viennent nuancer la gravité de la situation en montrant que l’adolescence peut aussi rimer avec joie et légèreté.

Comme je suis une personne ordonnée et organisée. Je vous ai parlé du tome 1, 3 et 4 (ici) de cette série. Mais je compte bien me rattraper. J’ai repéré et mis de coté le tome 2 au CDI. On n’en a donc pas finit avec les collégiens de Marie Curie. Je vous en reparle très vite !

Et s’il fallait mettre une note: 

bd_de_la_semaine_pti_black

                              Chez Mo’

27 réflexions au sujet de « Invisible »

  1. Cela fait plusieurs fois que je vois passer cet album. Il me tente bien mais c’est le tout de se lancer. Il faudra que je mette la main sur « Rouge tagada »…

  2. Une magnifique série (et file lire Mots rumeur, mots cutters, un des meilleurs je trouve !)
    PS : il y a une « suite » qui se passe en lycée (le premier tome Secret pour secret) , les personnages ne sont pas les mêmes mais on retrouve l’esprit de la série originelle. A découvrir 😉

  3. j’ai les trois autres tomes, j’adore cette série que je partage avec ma fille! nul doute que nous allons nous procurer celui ci et qu’il va vite rejoindre les 3 autres!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s