Le caveau de famille

Katarina Mazetti, Le caveau de famille, Gaïa Editions, 2011

Désirée la bibliothécaire et Benny le paysan se sont rencontrés et quittés dans le Mec de la tombe d’à côté. Enfin presque.

K.Mazetti2

Après leur rupture Désirée contacte Benny et lui demande un service très spécial. Son horloge biologique la titille. Elle veut avoir un enfant. Elle demande à Benny d’en être le géniteur. Il accepte. Le deal est simple : trois essais, deux possibilités. Désirée n’est pas enceinte, ils se quittent à jamais. Désirée est enceinte, ils réfléchissent ensemble à la suite. Il n’est pas question pour Benny que son « gamin » soit transformé « en un petit docteur en langues mortes ! » Au bout de trois essais, rien. Les amants doivent se quitter mais c’était sans compter sur leur attachement mutuel. Ils tombent vite d’accord, il faut essayer encore.

Vous vous en doutez, Désirée finit par tomber enceinte. Benny quitte Anita, sa cousine avec qui il s’était installé. Désirée s’installe à la ferme. C’est alors le temps de l’amour, des bébés, des concessions, des sacrifices… « Quand ils sont amoureux, les gens dégringolent à un QI de 72 environ, c’est ma théorie. Assez élevé pour pouvoir aller tout seul aux toilettes et ne pas se faire arrêter par la police dans la rue, mais trop bas pour qu’on puisse accorder une quelconque confiance dans leur jugement » affirme Désirée qui a dû revoir ses ambitions professionnelles à la baisse. Le roman pose clairement la place de la femme dans le couple. Doit-on forcément choisir entre famille et carrière quand on est une femme ?

La suite du Mec de la tombe d’à côté garde son caractère polyphonique. Aux voix de Désirée et de Benny s’ajoute la voix d’Anita. Cette mise en scène narrative contribue à la réussite de ce roman. Les personnages livrent sans détour leur vision de vie avec humour, colère, tristesse, joie… Les titres des différentes parties du roman sont en ce sens très éloquents. Ils prennent leur empreintes dans le champ lexicale météorologique (ciel variable, temps sec et ensoleillé, pluies éparses…) et nous préparent ainsi au climat familial auquel nous allons devoir faire avec quasi la même intensité que les personnages.

Dans la droite lignée du Mec de la tombe d’à côté, Le caveau de famille m’a réellement fait passé un agréable moment de lecture même si je dois l’avouer, j’ai été beaucoup moins touché par cette suite, la surprise a sans doute manqué.

Et s’il fallait mettre une note :

Publicités

12 réflexions au sujet de « Le caveau de famille »

  1. Je sais que cette édition, ou plutôt cette collection, est un gage de qualité. J’avais bien aimé « Le mec de la tombe d’à côté » (sauf la fin que j’avais trouvée pas à la hauteur), aussi je vais peut-être me laisser tenter…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s