Persepolis

Marjane Satrapi, Persepolis, L’Association, 2007

Persepolis est une BD autobiographique, et on peut le dire historique, en noir et blanc publiée en quatre tomes entre 2000 et 2003. Un intégral est publié en 2007 à l’occasion de l’adaptation cinématographique. C’est avec beaucoup d’humour et d’émotions que Marjane Satrapi nous dépeint les bouleversements politiques qu’a subit l’Iran après la révolution islamique.

persepolis

En 1978, à Téhéran, Marjane a huit ans. Déjà très croyante elle rêve de devenir prophète pour être à la fois « justice, amour et colère de Dieu ».

prophète

En 1979 Marjane suit avec exaltation les événéments qui mènent à la révolution et provoquent la chute du régime de Shah. Marji est quasiement née avec une conscience politique. Elle évolue dans un milieu progressiste et fortement politisé. Son grand-père a été premier ministre d’Iran puis son arrière grand-père a été le dernier Shah de la  dynastie kadjar. Plus tard, son oncle Anoush dont Marji fut très proche, sera executé car considéré comme opposant du régime. Ses parents et sa grand-mère avec qui elle est particulièrement liée prennent une part active dans les manifestations. Bref Marjane suit de près les événements historiques qui secouent son pays.

politisé

La révolution islamique éclate. Le peuple est euphorique. Mais les choses prennent une tournure innatendue. Une République islamique se met en place. Les Iranniens voient leurs libertés se restreindre progressivement. Les universités, dangeureuses pour le régime, ferment. Marji voient son rêve de devenir chimiste s’envoler. Face à ces injustices grandissantes, Marji s’éloigne de celui qu’elle considérait comme son ami, Dieu. Elle a dix ans quand elle doit porter le voile.

foulard

Avec l’instauration de la République Islamique débute le temps des « commissaires de la révolutions » qui contrôlent tout : tenues, comportements… Le régime se durcit lorsque un an plus tard éclate la guerre contre l’Irak. C’est la pénurie dans les supermarchés et les station-services. Marji est une jeune fille au caractère bien trempé. Elle a beaucoup de difficultés à accepter les nouvelles contraintes et les durcissements politiques. Pour sa sécurité, ses parents l’envoient à quatorze ans, en Autriche.

restrictions libertés

En Autriche elle reprend goût à la liberté. Elle se confontre à une vraie vie d’adolescente mais aussi à la différence et l’indifférence. Sa langue bien pendue lui joue également des tours en Europe. Elle ne cesse de déménager jusqu’au jour où elle se retrouve dans la rue… s’en est trop Marjane veut rentrer au près des siens. La retour à la réalité iranienne est plus difficile que prévu. Marjane en est désormais sûre sa vie est ailleurs : elle s’exile en France.

EXIL

Persepolis est une BD extrêment forte mettant en scène des personnages haut en couleurs dans un contexte très difficile. La force de caractère de Marjane Satrapi est admirable, sa curiosité intellectuelle est exceptionnellement exceptionnelle. C’est avec cette finesse d’esprit et cette intelligence qu’elle a composé ce chef d’oeuvre qui fonctionne bien. Cette BD est très intéressante. On y apprend énormément : mine d’or d’informations politico-sociales et historiques. Par ailleurs, elle a eu la chance d’avoir des parents et une grand-mère qui l’ont toujours choyé et encouragé dans tout ce qu’elle entreprit. Il fallait continuer à vivre coûte que coûte. Le rire et la fête devaient éclater dans les foyers malgré tout. L’humour de sa grand-mère était particulièrement fracasant. C’est à elle qu’elle doit sa force de caractère et peut-être son humour qui fait beaucoup dans le succès de cette BD. Elle lui rend un hommage tout particulier dans Broderies.

grand-mère

En  2007, Marjane Satrapi avec la collaboration de Vincent Parronaud retravaille, sa BD et en fait un long métrage d’animation franco-américain. Après la lecture de ce chef d’oeuvre je n’ai pu resister à en visionner l’adaptation. On y reconnait (à l’aide de Wikipédia surtout) des voix très connues telles que Sean Penn, Gena Rowlands, Iggy Pop, Catherine Deneuve… Présenté dans la sélection officielle du Festival de Cannes 2007, le film y a obtenu le prix du jury ex æquo avec Lumière silencieuse de Carlos Reygadas. Le film a été nommé pour l’Oscar du meilleur film d’animation 2007.

Le film est très fidèle à la BD. L’animation y apporte une plus-value. Les auteurs ne tombent pas, comme dans la BD d’ailleurs, dans la dramatisation extrême bien au contraire il ne s’y attardent pas. Il nous révèle avec simplicité la dureté et l’absurdité du régime en le tournant en dérision parfois. Le rire a semblé être salvateur dans un contexte où il n’y avait que pleurs.

18,5/20

18,5/20

Et s’il fallait mettre une note : 

Publicités

10 réflexions au sujet de « Persepolis »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s