Rouge Tagada

Charlotte Bousquet. Stéphanie Rubini, Rouge Tagada, Gulf Stream, 2013

Layla fait sa rentrée au collège Marie Curie. C’est la nouvelle de la 4ème D. Son arrivée ne laisse pas indifférente Alex qui la repère dès le premier jour. Mais Layla est réservée, il est difficile de l’aborder. Les choses basculent au bout d’un mois, seulement . Layla tapote sur l’épaule de la jeune fille pour lui demander un stylo. C’est le début d’une amitié. Alex et Layla deviennent inséparables. Cette relation presque fusionnelle pose question. Les regards changent. Les langues se délient.

Collectif-Rouge-TagadaMais lors de son retour de chez son grand-père Layla est différente. Elle a rencontré un garçon dont elle est tombée amoureuse.

Rouge-Tagada-Trop-de-tropAlex est anéantie : « J’avais tellement mal au ventre, au cœur, à l’âme que je n’avais même plus envie de pleurer, juste de vomir, de fuir, d’en finir, de mourir ». Depuis sa rencontre avec Layla, il faut le dire, Alex est bouleversée par des sensations troublantes. Des sensations qu’elle garde sous silence peut-être par peur du jugement des autres, par crainte de perdre son âme sœur  ou simplement par méconnaissance d’une sensation nouvelle dont elle ne sait quoi faire.

Rouge-Tagada-planche-1J’ai découvert cet album grâce à Moka qui conseillait à tous les professeurs documentalistes de se le procurer pour leur CDI. C’est chose faite ! Et je ne regrette pas l’achat, bien au contraire (merci Moka ! ). D’abord, le graphisme (dessins, couleur..) est beau, attractif et incite à lire. Puis l’intrigue est touchante et très intéressante à maintes égards.

Les auteures s’attaquent ici à des thématiques complexes : l’adolescence, la quête d’identité, découverte de soi et de l’autre à travers le corps, l’attirance sexuelle… En effet, l’adolescente est une période délicate, de transition où l’on se cherche, se découvre parfois via le regard cruel des paires. On cherche un groupe d’appartenance qui serait susceptible de nous accueillir en son sein… Mais lorsque l’on se découvre des attirances qui ne font pas l’unanimité les choses deviennent plus difficile. En effet, les auteurs abordent ici un sujet encore fragile surtout lorsqu’il touche un public qui l’est tout autant : l’homosexualité féminine.

50479443_10514000Cet album est à mon sens efficace. A la fois frais, léger et fin, il pousse à la réflexion en mettant en lumière un sujet qui fait encore polémique dans notre société. Aussi le dénouement un peu brutale de l’album retranscrit bien les souffrances que peut générer une histoire d’amour impossible.

topbd_20131

Et s’il fallait mettre une note :

 

Publicités

10 réflexions au sujet de « Rouge Tagada »

  1. Ping : Rouge Tagada (Lundi One-Shot) | Les Chroniques de l'invisible

  2. Ping : Rouge Tagada – Charlotte Bousquet & Stéphanie Rubini | TWENTY THREE PEONIES

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s