Broderies

Marjane Satrapi, Broderies, L’association, 2003

Après le déjeuner les hommes vont à la sieste et les femmes débarrassent. Marjane, elle, s’occupe du samovar, autrement dit du thé. Toutes les femmes se réunissent ensuite autour de cette boisson chaude pour s’adonner à leur activité favorite : la discussion. Pour la grand-mère de Marjane « parler derrière le dos des autres est le ventilateur du cœur ».

broderiesA travers cette BD Marjane Satrapi rend hommage à sa grand-mère : une femme au caractère bien trempé.

grand mère

Marjane Satrapi réunit ici des anecdotes vraies des femmes iraniennes. On découvre alors leurs conditions de vie en tant que filles, épouses, maîtresses. Bref, la condition féminine est ici dépeinte à travers les déboires conjugaux dans une société fortement traditionaliste.

C’est d’ailleurs avec beaucoup d’humour et de finesse que l’auteure tourne en dérision le folkore iranien. Une anecdote parmi tant d’autres.

Marjane se retrouve un jour à accompagner son amie Shideh chez une « dame qui fait de la magie blanche ». Shideh est amoureuse d’un homme dont la mère refuse qu’il l’épouse car divorcée donc plus vierge. Celle-ci complétement désemparée après maintes tentatives se tourne vers une ultime solution : la sorcellerie. Et attention tenez-vous bien voici le remède magique :

« Tenez ! Prenez cette clef. Vous préparez du thé. Vous couchez avec lui. Une fois l’éjaculation faite- attention ! Il doit venir en vous – vous mettez la clef dans votre vagin. Vous comptez jusqu’à 7. Ensuite vous la retirez et vous la déposez dans une tasse. Vous ajoutez du thé par dessus. Vous comptez jusqu’à 7. Pour finir vous retirez la clef. Le thé ainsi préparé doit être bu par l’élu de votre cœur dans les 77 secondes qui suivent l’éjaculation. »

La réaction de l’élu fut sans appel après tant d’efforts : « mais c’est dégueulasse ! C’est quoi ce truc blanc qui flotte ? Je ne peux pas boire ça !!! « 

Cette BD est un véritable bijou. Marjane Satrapi jongle admirablement bien entre gravité et légèreté pour nous révéler l’intimité des relations homme-femme à Téhéran où les femmes rusent pour déjouer la domination masculine. On comprend alors le sens caché du terme broderies….

satrapi_grenouilleOutre l’intérêt culturel évident de Broderies, cette lecture est un réel moment de plaisir, de détente et de rires ! C’est pour moi un vrai coup de cœur.

Et s’il fallait mettre une note :

topbd_20131

Publicités

4 réflexions au sujet de « Broderies »

  1. Je n’ai encore jamais lu autre chose que Persepolis de Satrapi mais je vais m’y mettre (si, si). Et donc pourquoi pas Broderies qui me donne d’un coup très envie…. Super ce blog BD/Jeunesse. Je connaissais pas, comme quoi, on en découvre tous les jours!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s