Des fleurs pour Algernon

Daniel Keyes, Des fleurs pour Algernon, J’ai lu, 2001

Le Pr Nemur et le Dr Strauss ont décuplé, avec succès, l’intelligence d’Algernon, une souris de laboratoire. Forts de cette réussite, ils tentent d’appliquer ce traitement à Charlie Gordon. Déficient mental,  Charlie fait malgré tout preuve de curiosité et de soif d’apprendre. Selon l’assistante de la psychologue, Alice Kinnian, il est le candidat idéal. Le jeune homme devient bientôt trop intelligent pour les petites tâches simples qui lui étaient confiées à la boulangerie. En effet, Charlie le simple d’esprit est désormais un génie. Mais cette intelligence ne semble malheureusement pas pérenne. Les facultés supérieures d’Algernon déclinent. Charlie comprend ce qu’il l’attend. Drame. Il se voit progressivement retourner à l’état initial…

algernonDes fleurs pour Algernon est admirablement bien composé. En effet le roman est écrit de manière à ce que nous puissions suivre l’évolution de Charlie. Ce dernier doit régulièrement tenir des comptes rendus afin que Pr Nemur et le Dr Strauss puissent constater les changements. C’est alors avec beaucoup d’émotions que nous découvrons avec Charlie le monde qu’il l’entoure. Son retour dans le passé est douloureux pour lui comme pour le lecteur. Un passé qui a largement contribué à rendre difficile ses relations avec les femmes en général, et  avec Alice Kinnian en particulier dont il tombe vite amoureux.

L’auteur réussit avec brio à nous transmettre le désarroi de Charlie lorsqu’il apprend, comprend ce qu’il va lui arriver. On partage alors avec lui stress et tristesse.

En somme, Des fleurs pour Algernon est un roman émotionnellement lourd. Cette lourdeur explique sans doute mon véritable coup de cœur pour Fay. Artiste complètement déjantée, Fay est la voisine de pallier de Charlie et la première femme avec qui il partagera son intimité. Fay est une véritable bouffée d’air frais pour Charlie comme pour le lecteur (pour moi en tout cas).

Séduite par le roman je décide d’en visionner l’adaptation. Mon idée fut aussi mauvaise que le film (si je puis me permettre).

images filmDès les premières minutes je suis surprise de ne pas voir Charlie travailler dans une boulangerie mais dans une école. Même si cela avait l’air d’être un élément important du roman, je me résigne (privilège du réalisateur sans doute, tout réalisateur prend des libertés par rapport à l’œuvre originale après tout…). Nous découvrons de nouveaux personnages. Nous en cherchons d’autres désespérément et vainement. L’évolution de Charlie est trop brutale. Son déclin trop rapide. Mais ce qui m’a le plus dérangé ici c’est le personnage de Charlie. Daniel Keyes en avait fait un personnage attachant. David Delrieux en a fait un personnage détestable ou du moins désagréable.

Bref lisez le livre et arrêtez vous là !

Et s’il fallait mettre une note :

Publicités

6 réflexions au sujet de « Des fleurs pour Algernon »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s