ZAÏ ZAÏ ZAÏ ZAÏ

Fabcaro, Zaï Zaï Zaï Zaï, 6 pieds sous terre éditions, 2016

Fab, un bédéiste, se rend dans un supermarché mais au moment de régler, il se rend compte qu’il n’a pas sa carte de fidélité. Il explique à l’hôtesse de caisse que cette dernière serait restée dans la poche d’un autre pantalon. Mais dans la société où vit Fab, ce crime  ne doit pas rester impuni (se rendre dans un magasin sans la carte de fidélité de celui-ci donc). Le vigile du centre commercial est tout de suite alerté . Mais Fab prend la fuite. Il devient l’ennemi n°1. Un road movie commence.

Résultat de recherche d'images pour "zai zai zai zai fabcaro"

Dans la société dans laquelle vit Fab être auteur de BD est la loose totale. On parlerait presque de petite délinquance. Lorsqu’il commet le crime d’aller faire ses courses sans sa carte de fidélité, c’est la société entière qui se questionne sur la violence des quartiers populaires. La société, en alerte, se divise en deux catégories. Il y a ceux qui se hâtent de crier à l’insécurité causée par une politique trop laxiste. Et ceux qui se battent contre la stigmatisation des jeunes des quartiers défavorisés. Le fugitif sera finalement capturé et il écopera de la peine maximale : chanter dans un bar restaurant karaoké.

Résultat de recherche d'images pour "zai zai zai zai fabcaro"

Vous l’aurez compris la BD de FABCARO est complètement déjantée. J’ai plutôt l’habitude d’avoir des lectures intériorisées, je laisse très peu paraître l’émotion que me procure ma lecture, au mieux je souris. Pour celle-ci, c’est aux éclats que je riais. L’humour que je qualifierai d’absurde est maîtrisé du début jusqu’à la fin. Le trait des illustrations fin quasi esquissé – qui donne une impression de gravité – dans les propos vient accentuer l’absurdité du comique de situations.

Résultat de recherche d'images pour "zai zai zai zai fabcaro"

Mais peut-on rire de tout ? La réponse ici est oui ! Et on se régale.

Résultat de recherche d'images pour "zai zai zai zai fabcaro"

Dans ce flots de loufoqueries se cache (ou pas d’ailleurs) un véritable message de fond et critique de cette société du buzz, parfois discriminante et raciste où la psychose, la peur de l’autre se propage à vitesse grand V de manière complètement déraisonné. Zaï Zaï Zaï Zaï nous fait rire et réfléchir. C’est un chef d’oeuvre.

Et s’il fallait mettre une note :

bd_de_la_semaine_pti_black

                                                                                            Chez Mo’

 

 

 

 

Publicités

Les cahiers d’Ester

Riad Sattouf, Les cahiers d’Ester : histoires de mes 10 ans, Allary Editions, 2017

Ester a dix ans, elle est en CM2. Elle vit avec son père qu’elle aime d’amour, sa mère sympa mais qui aurait pu quand même s’abstenir de tomber enceinte et son grand frère qui est un abruti fini. Ester a une vie trépidante et donc énormément de choses à  raconter, l’école, les colos, ses amies, les garçons… Un journal intime était  nécessaire.

Ester est la fille d’un couple d’amis de l’auteur qu’il a attentivement écouté afin de retranscrire en 52 planches des saynètes du quotidien, de son quotidien. Cette semaine, je fais une pause en BD jeunesse pour vous parler d’une BD de grands. Malgré les apparences, Les cahiers d’Ester est bel et bien une BD pour adultes. Véritable miroir de notre société, elle décrit l’évolution des enfants en son sein avec beaucoup de second degré (vous qui me lisez vous le savez autant que moi, la compréhension du second degré n’est pas une compétence toujours acquise par nos ados préférés). 

Résultat de recherche d'images pour "les cahiers d'esther tome 1"

A travers le regard aguerri d’une petite fille de 10 ans, Riad Sattouf aborde donc de vraies questions sociétales et d’actualité. Autant vous le dire tout y passe : la mixité, l’intégration, la différence, le racisme, la précarité, relation entre sexe opposé (et oui ça commence dès la cour de récré), critères de beauté, le matérialisme, les dérives des réseaux sociaux… On revit même avec Ester et ses camarades les attentats de Charlie Hebdo. Un moment touchant et plein d’émotions. L’innocence face à l’horreur.

Résultat de recherche d'images pour "les cahiers d'esther tome 1"

Je vous avoue que je n’accroche pas vraiment avec le graphisme des BD de cet auteur en général et de celle-ci en particulier. Très chargé, trop chargé. Par contre je suis absolument fan de sa plume. Riad Sattouf est incontestablement un auteur de talent (un réalisateur aussi d’ailleurs j’ai tellement ri devant les beaux gosses !). Il sait toujours trouver le mot juste pour nous faire rire. C’est avec le sourire aux lèvres que se lit cette BD.  L’humour est à la fois fin et décalé. Il jongle admirablement bien avec la naïveté enfantine et la réalité parfois grave de la vie. Il parvient à créer une atmosphère particulière autour de ses personnages pour les rendre toujours très attachant.

Bref, un régal.

Et s’il fallait mettre une note : 

bd_de_la_semaine_pti_black                                                                                     Chez Stéphanie

Mots rumeurs, mots cutter

Charlotte Bousquet & Stéphanie Rubini, Mots rumeurs, mots cutter, Gulf Stream, 2014.

Les parents de Solveig s’absentent un samedi soir. C’est l’occasion parfaite pour faire une soirée pyjama entre filles. Lorsque le chat n’est pas là, les souris dansent. Tout est permis. Tout est défis. On se questionne, on se bouscule, on joue à action/ vérité. Léa tombe sur action : « tu nous fais un strip tease ? » Dans l’euphorie de la soirée, elle s’exécute. Mais un appareil vicieux immortalise le moment. Une photo intime, des réseaux sociaux… Je vous laisse imaginer le cocktail diabolique.

Résultat de recherche d'images pour "mots rumeurs mots cutter"

La vie de Léa devient un véritable enfer : insultes, intimidations, humiliation. Elle est harcelée de toute part. Seule. Elle doit faire face aux mots rumeurs, aux mots cutter.

A la veille de la journée nationale de la lutte contre l’harcèlement scolaire, cette BD tombe à point nommé.  C’est bien de cela qu’il s’agit. Une photo de Léa dénudée est publiée et partagée sur les réseaux sociaux. L’ampleur de la diffusion est grande. Les conséquences sont on ne peut plus néfastes. La réputation de Léa est ruinée. Sa vie sociale est réduite à néant. Son moral est au plus bas.

20171107_205802

L’harcèlement scolaire a toujours existé dans les cours de récréation mais avec les réseaux sociaux, il dépasse les murs de l’école. Il prend une autre dimension. Les victimes sont martyrisées non-stop. Affolées parfois honteuses ces dernières s’isolent dans un mutisme inquiétant. La spirale devient infernale. La BD en témoigne.

20171107_205850

J’ai lu cette BD avec mes yeux de prof-doc et une fois de plus j’ai trouvé les mots et les illustrations de ce duo de choc d’auteures incroyablement bien choisi. D’une efficacité exemplaire. Un outil pédagogique à part entière. Tout y est : sensibilisation à l’identité numérique, lutte contre l’harcèlement, éducation à la citoyenneté… Tout cela romancé, illustré , coloré. Bref Mots rumeurs, mots cutter est un petit bijou de BD pour TOUS LES CDI !

C’est ainsi que s’achève mes lectures de cette magnifique série de BD. Je la conseille à qui veut se plonger dans la vie trépidante de nos adolescents.

Les autres tomes sont ici : Rouge Tagada, Bulles & blues et Invisible.

Et s’il fallait mettre une note : ★★★★☆

bd_de_la_semaine_pti_black                                                                                              Chez Noukette

Les carnets de Cerise

Joris Chamblain & Aurélie Neyret, Les carnets de Cerise. Tome 1 : le zoo pétrifié, Editions Soleil, 2012.

Cerise a dix ans, elle est en CM2. Son truc c’est de raconter des histoires. Quand elle sera grande, elle sera écrivaine. comme sa voisine, Annabelle Desjardins, romancière renommée.

Résultat de recherche d'images pour "les carnets de cerise tome 1"

Gros succès au CDI, il a fallu que je me mette à la page en découvrant à mon tour les carnets de Cerise. Je n’ai pas été déçue. J’ai lu le tome 1 et 2 d’une traite. Une vraie cure de jouvence. Rafraîchissant. Une lecture parfaite pour ces vacances !

Le tome 1, en quelques mots.

Le rêve de Cerise est donc de devenir une grande romancière. Pour ce faire, elle observe les gens pour percer leur secret et le dévoiler au grand jour. Plus la personne est mystérieuse mieux c’est évidemment. C’est en construisant leur cabane dans un arbre avec ses copines, Line et Erica, qu’elles font la rencontre d’un vieillard étrange. Accompagné d’un perroquet bavard, il traverse toujours la forêt à la même heure chargé de gros pots de peinture. Intriguée, Cerise décide de mener l’enquête.

 

En le suivant, les filles découvrent un mur majestueux qui sépare la forêt en deux. Contrairement au Trône de fer ce qui se trouve derrière est juste ma-gni-fi-que. On découvre les vestiges d’un ancien zoo où le vieillard travaillait en tant que peintre animalier. Attristé par la fermeture de zoo en faillite, il a continué à faire vivre cet endroit à travers des fresques animalières extraordinaires, d’une beauté à couper le souffle. Séduite, Cerise décide de réunir voisins, amis et famille pour donner une seconde vie à ce zoo. Succès assuré.

Cerise est un personnage plein de vie. Curieuse, elle déborde d’imaginations (que ce soit pour raconter des histoires ou pour mentir à sa mère). Elle représente à elle seule, le monde onirique et joyeux de l’enfance. Cet album est un vrai remède contre la morosité. Le graphisme est absolument fabuleux. La maîtrise du détail est épatante. L’illustratrice est talentueuse. Les fresques de Michel, le peintre animalier sont juste WAHOU ! Moi qui n’ai jamais aimé les zoo, j’ai été ici emportée.

Le blog de l’illustratrice c’est par ici !

Et s’il fallait mettre une note : ★★★★☆

bd_de_la_semaine_pti_black

                              Chez Moka

 

 

Invisible

Charlotte Bousquet & Stéphanie Rubini, Invisible, Gulf Stream éditeur, 2015.

Marie est sympa mais personne ne la voit. Au collège, on peine à se souvenir de son prénom. A la maison, on l’entend à peine. Issue d’une famille recomposée, elle ne trouve sa place que dans le cocoon qu’elle s’est créée dans sa chambre. Entourée de ses hobbies, (lectures, bijoux DIY, …) c’est là qu’elle respire et pose ses maux dans son journal intime.

On retrouve, pour le dernier tome de cette série graphique autour de l’adolescence,  nos élèves du collège Marie Curie Layla, Léa, Chloé, Soan… Dans ce tome la lumière est mise sur Marie, une élève aux multiples talents (couture, créations de bijoux…) mais qui pourtant demeure dans l’ombre de ses camarades de classe, de sa sœur, de son frère… Marie est invisible aux yeux de tous. Elle évite d’ailleurs son propre regard. Le miroir lui renvoie en pleine face tout son mal-être : trop grosse, pas assez jolie, mal fringuée…

20171017_191357

« Tu ferais mieux de renoncer avant de te prendre la réalité en pleine face, ma grosse. Même pour tes parents, t’es invisible. Nulle. Néant. Nada. Alors pour Soan… »

Une lueur d’espoir, un revival surgit lorsque Soan s’intéresse à elle. Elle tombe sous son charme et fera tout pour lui plaire. Elle se reprend en main : sport, coiffeur, relooking… Mais Soan veut « sortir » avec Layla. Terrible chute. Les démons resurgissent de plus belle. Marie va au plus mal.

La quête d’identité et le manque de confiance en soi sont des thématiques qui accompagnent souvent l’adolescence et que l’on retrouve déjà dans Rouge Tagada. Le manque de confiance est abordée ici avec une acuité plus forte encore. Il engendre une vraie souffrance morale et physique. Marie s’isole, se réfugie dans la nourriture jusqu’à se dégoutter elle-même et causer sa propre perte.

20171017_200212

La discrétion de ces ados en difficultés  ne permet justement pas de repérer tout de suite leur souffrance. Les adolescents sont des boules d’émotions. Certains déboulent à tout va d’autres se replient dans leurs coins. Un passage. Une transition. Une période à passer. Sachant cela les adultes ont tendance à minimiser les douleurs adolescentes… ça passera. Or il y a des douleurs qu’il conviendrait de ne pas négliger.

Les auteurs traitent encore avec brio cette période complexe et parfois grave qu’est l’adolescence. Le graphisme un peu girly et les couleurs vives viennent nuancer la gravité de la situation en montrant que l’adolescence peut aussi rimer avec joie et légèreté.

Comme je suis une personne ordonnée et organisée. Je vous ai parlé du tome 1, 3 et 4 (ici) de cette série. Mais je compte bien me rattraper. J’ai repéré et mis de coté le tome 2 au CDI. On n’en a donc pas finit avec les collégiens de Marie Curie. Je vous en reparle très vite !

Et s’il fallait mettre une note: 

bd_de_la_semaine_pti_black

                              Chez Mo’

L’enfant cachée

Marc Lizano, Loïc Dauvillier, Greg Salsedo, L’enfant cachée, Le Lombard, 2013

Un soir d’insomnie, Dounia se remémore son enfance. Sa petite fille Elsa l’entend et la rejoint. Elsa sent sa grand-mère tourmenter. Elle la questionne. Dounia n’a pas le choix. Elle doit raconter, se raconter. La grand-mère transmet alors à sa petite fille.

Résultat de recherche d'images pour "l'enfant caché"

Attirée par la couverture et le titre, je suis restée bloquée, sans le vouloir dans l’horreur des années 40 dans lesquelles je m’étais plongée la semaine dernière avec Irena.

Un jour en rentrant de l’école, les parents de Dounia lui annonce qu’elle devra porter une étoile jaune. Pour la préserver son père lui raconte une histoire à dormir debout d’élection de famille de shérif. Mais le lendemain, rien n’est plus pareil à l’école. On ne lui parle plus, on l’exclut, on l’ignore. C’est par une camarade de classe qu’elle apprend la vraie raison de cette étoile et de ce soudain changement de comportement envers elle : elle est juive. Puis les choses s’accélèrent. Le monde de Dounia s’écroule littéralement. Les forces de l’ordre viennent chercher ses parents. Dounia est épargnée, récupérée par les voisins. Elle devient l’enfant à cacher.

Résultat de recherche d'images pour "l'enfant caché"

Nous assistons alors à une touchante transmission de mémoire de la Shoah, d’une grand-mère à sa petite fille. Pourquoi devrons-nous, sans cesse, tout cacher aux enfants ? Curieux pour la plupart, ils se questionnent. Dounia décide de raconter, d’expliquer à Elsa, les choses telles qu’elles se sont passées avec simplicité et sans rentrer évidemment dans les détails les plus atroces. L’enfant caché montre merveilleusement bien ici comment les adultes peuvent aborder avec les enfants des sujets complexes intellectuellement et durs émotionnellement. Outre l’intérêt évident du témoignage historique, la BD témoigne également avec force et tendresse de l’extraordinaire relation grand-mère, petite-fille.

Image associée

L’enfant caché est sans conteste une belle BD au sens noble du terme. Le graphisme tout en rondeur, ici encore, apporte délicatesse et douceur à un récit de  vie éprouvant : le quotidien d’un enfant juif en 1941. A mettre entre les mains de nos petits collégiens !

Et s’il fallait mettre une note : ★★★★☆

bd_de_la_semaine_pti_black

                                                                                          Chez Stephie

Irena

Morvan, Evrard, Tréfouël, Walter, Irena (tome 1 & 2), Glenat, 2016.

Dans le sombre ghetto  de Varsovie une lueur d’espoir demeure et résiste. Cette lumière au visage angélique se prénomme Irena. Elle se bat pour obtenir des fonds afin d’améliorer l’horrible quotidien de ces juifs déportés. Mais les vêtements, la nourriture, les soins ne suffisent plus. Irena veut faire plus : il faut sauver les enfants ! Elle va alors, au péril de sa vie, organiser tout un réseau dans l’ombre afin de les libérer… au prix de sa propre liberté…

               Résultat de recherche d'images pour "irena bd"Résultat de recherche d'images pour "irena bd"

Cette résistante au grand cœur a réellement existé. L’histoire d’Irena Sendlerowa a littéralement passionné les auteurs. Elle a été membre du centre citoyen d’aide sociale pendant la seconde guerre mondiale. Engagée dans la résistance, elle sauva 2500 enfants de l’enfer du ghetto de Varsovie. Sans vraiment s’attacher strictement aux sources historiques, parfois contradictoires, les auteurs ont souhaité traduire l’esprit du combat de cette femme extraordinaire à travers un récit romancé et illustré. Je vous avoue que je découvre, avec ces deux BD, ce personnage hors norme. Mais je peux vous assurer que ces tomes lui rendent un bel hommage.

Résultat de recherche d'images pour "irena bd"

Malgré le contexte effroyable dans lequel évolue les personnages, la BD ne fait pas dans le pathos. Les traits tout en rondeur apporte une réelle douceur. L’aquarelle et les couleurs un peu pastel sont lumineuses à l’image de la protagoniste. Le scénario tantôt factuel tantôt anecdotique est juste et touchant. Il révèle ainsi, encore plus, le courage incroyable des protagonistes et traduit bien l’esprit des résistants : « quitte à mourir autant le faire en faisant du bien ».

Résultat de recherche d'images pour "irena tome 2"

Irena est en somme une très belle série, un outil-témoin de « l’histoire d’une femme ordinaire qui réalisa quelque chose d’extraordinaire, dans des circonstances insensées, pendant une période effroyable ». 

Le tome 3 devrait paraître courant 2018, en attendant, je vous conseille vivement la lecture de ces deux tomes.

Et s’il fallait mettre une note : 

bd_de_la_semaine_pti_black

                                                                                                      Chez Noukette

 

Trop tôt

Witek Jo, Trop tôt, Talents Hauts, 2015.

Pia et Marthe sont en vacances au soleil. Il fait chaud.  La chaleur s’empare de leur corps en pleine ébullition. A 15 ans, elles ne rêvent d’une seule chose : sortir avec un garçon. Mais les vacances passent et elle désespèrent jusqu’au fameux soir… La veille du départ Pia rencontre Nathan. Coup de foudre. L’émotion prend le pas sur la raison. Les corps prennent possession des pensées. Pia vit sa première nuit d’amour intensément, passionnément, à la folie.

Résultat de recherche d'images pour "trop tot livre"

« J’étais ivre du moment présent. Je sentais le désir battre dans mon ventre, dans ma poitrine, dans mes fesses, dans ma gorge, partout. Un rythme sec, rapide, haletant. J’étais ce rythme. Rien d’autre. Pas de pensées, juste mon corps qui dansait dans la nuit avec un garçon […] Je n’avais conscience ni du passé ni du futur. […] Je n’ai pas réfléchi. »

Le retour à la réalité sera rude. Pia tombe enceinte. Trop tôt, trop vite.

Trop tôt est un très beau roman sur l’amour, les émotions, la sexualité et ses conséquences. Percutant. La narratrice âgée de 15 ans seulement fait preuve d’une maturité exemplaire. Consciente de son insouciance, elle assume et agit en conséquence. On la suit dans sa réflexion, le cheminement vers son choix.  Le roman tire  toute sa force dans sa narration. Les phrases souvent courtes percutent d’abord pour raisonner ensuite comme une onde de choc.

« Tomber enceinte. On dit aussi tomber amoureuse. Pourquoi la langue française fait-elle toujours tomber les êtres humains dès qu’il s’agit de traduire leurs émotions fortes ? »

En somme, c’est beau, c’est fort, c’est touchant. Je vous le conseille vivement. Et accessoirement, ce roman serait absolument parfait pour accompagner une éducation à la sexualité.

S’il fallait mettre une note 

 

 

Ce n’est pas toi que j’attendais

Fabien Toulmé, Ce n’est pas toi que j’attendais, Editions Delcourt, 2014.

Après quelques années au Brésil, Fabien et Patricia rentrent en France. Ils ont une fille, Louise, et attendent la deuxième. RAS. La grossesse se passent bien, les examens médicaux l’attestent. Malgré tout, une angoisse tourmente Fabien : LA TRISOMIE.

Résultat de recherche d'images pour "ce n'est pas toi que j'attendais"

 

Cette angoisse ne le quitte pas jusqu’à l’accouchement. Elle s’intensifie même lorsqu’il découvre le visage de sa fille. Elle est… disons… différente. Ce n’est vraiment pas elle qu’il attendait. Les infirmières le rassurent encore et toujours. Mais les doutes de Fabien persistent. A raison. Le diagnostic tombe quelques jours plus tard. Julia est trisomique. C’est alors un flot un torrent de larmes qui ne cessent de couler. Fabien le vit mal. Très mal. Il vit d’ailleurs mal de le vivre mal. Bref grosse déprime.

 

Résultat de recherche d'images pour "ce n'est pas toi que j'attendais"

Malgré la colère, la tristesse, la peur… Patricia et Fabien doivent faire face à la différence de leur fille, aux regards des autres. Il rentrent de plein pied dans le monde de l’handicap avec son lot de rendez-vous médicaux et autres suivis longs et laborieux. Le premier rendez-vous médical est des plus réconfortants « Les enfants trisomiques sont exceptionnels. Ils sont pleins d’amour, de joie de vivre… en général les papas deviennent gagas avec ces petites filles ». Ça n’a pas loupé la famille entière tombe sous le charme de Julia, ce bébé-chou plein d’amour.

Résultat de recherche d'images pour "ce n'est pas toi que j'attendais"

 

Cette BD autobiographique nous livre alors le long chemin d’acceptation qui a mené l’auteur à sa fille : du rejet total jusqu’à l’amour inconditionnel d’un père pour sa fille. L’histoire est évidemment touchante. Mais je suis complètement passée à coté. J’irai même jusqu’à vous avouer qu’en ce moment même je peine à écrire ce billet tellement je n’ai rien à dire sur cette BD. J’ai un peu honte car le sujet est grave, l’histoire est vraie. Mais non rien. Enfin si j’ai bien senti, ressenti même partagé la tristesse des parents si bien que ça m’a plombé le moral jusqu’au dénouement pourtant heureux. Objectivement je pense que c’est une belle BD, subjectivement ça a été un peu douloureux.

Et s’il fallait mettre une note : ★★☆☆☆

bd_de_la_semaine_pti_black                                                                                       Chez Moka

Entre chiens et loups

Ian Edginton & John Aggs, Entre chiens et loups, Milan, 2016.

Perséphone et Callum se connaissent depuis l’enfance. Ils sont inséparables. Mais voilà qu’un jour la mère de Callum qui travaillait jusqu’alors comme femme de ménage pour la famille de Perséphone est gentiement et injustement remerciée. Les inséparables sont désormais contraints de se voir secrètement. Ils ont grandit. Leur amitié s’est transformée en amour. Mais l’amour est impossible. Perséphone est une Prima, son père est un ministre influent à la peau noire qui comme ses semblables, contrôlent le pays. Callum, lui, est blanc. Il appartient aux Nihils : les « riens », « les néants », une partie de la population opprimée et discriminée. Vous l’aurez deviné… Perséphone et Callum feront fi de cette haine raciale pour s’aimer.

20170920_134119.jpg

Les choses se compliquent plus encore lorsque Callum s’engage auprès de son frère dans un groupe militant considéré comme terroriste afin de mettre fin à la domination de la « race noire » sur la « race blanche ». Cet engagement crée incontestablement une distance entre les amoureux. Mais l’amour est plus fort. Il se retrouve dans des conditions dramatiques pour un dénouement des plus tragiques. Les rouages du racisme.

20170920_134521.jpg

Cette BD est une adaptation du best seller éponyme de Malorie Blackman. Le message de l’auteure est simple et aisé à saisir : et si la ségrégation avait été inversée ? A travers la démonstration de ce monde binaire des Noirs contre les Blancs (inversé ici mais qui a néanmoins existé… qui existe toujours ?) l’auteure met l’accent sur l’absurdité du racisme et ses conséquences néfastes. Ça a été eux, ça aurait pu être nous ou vous… les noirs/les blancs, les croyants/ les non-croyants/ les mauvais croyants, les femmes/les hommes…

 

 

20170920_134235.jpg

 

A travers les âges, il y a toujours eu un groupe pour asseoir sa domination sur un autre en prenant comme prétexte un trait socio-culturel, ethnique, religieux… qui par sa différence doit créer naturellement la prédominance. Or il n’y a rien de naturel ici. L’auteure le démontre : la soit-disant Nature aurait pu en décider autrement. Ça ne tient à rien. Le procédé peut sembler facile et simplet du genre récréation d’école : « t’es pas gentil, t’aimerai bien hein que l’on te fasse la même chose à toi ? » Mais il fonctionne. On s’accroche à  ces ados. On se questionne. On se raisonne.

En effet, le message est transmis simplement tant par le scénario que pas les illustrations (traits fins, très épurés et en noir et blanc)  mais il peut cependant choquer, heurter un imaginaire collectif établi. Cette BD jeunesse a été un petit coup de cœur pour moi. Très bien ficelée. Je vous la conseille vivement et incite tous mes collègues CDIistes à se la procurer !

Et s’il fallait mettre une note : 

 

bd_de_la_semaine_pti_black                                                                                                chez Mo’